formats

Pourquoi le CIDUNATI

Vous êtes Artisan, Commerçant, Prestataire de services, autrement dit vous êtes dans la catégorie des travailleurs indépendants.

 

Cela veut également dire que vous n’êtes pas des assistés, que vous avez pris votre destin et votre avenir en main, que vous vous êtes engagé, que vous avez et prenez tous les jours des risques.

 

Par contre, vous êtes continuellement confrontés aux tracasseries administratives, vous êtes écrasés par les charges fiscales, sociales et salariales quand vous avez des employés, vous êtes confrontés à la concurrence des grands groupes et de la grande distribution et finalement vous n’êtes jamais sûr du lendemain.

 

Face à ces situations vous êtes souvent seul, vous pensez être représentés par les chambres de métiers et de commerce, vous pensez être défendus par des organisations patronales syndicales qui sont soit disant représentatives ?

 

Il n’en est rien, les Présidents des organismes consulaires et les responsables des organisations syndicales sont la plupart du temps plus préoccupés de leur propre représentativité que de la défense des intérêts de ceux qui les ont élus.

 

En ce qui concerne les organisations syndicales dites représentatives, elles sont considérées comme telles, tout simplement du fait qu’elles suivent en général les consignes du pouvoir politique, qu’il soit de droite ou de gauche et principalement qu’elles évitent d’aller à l’encontre de ce qu’on leur demande, en compensation, elles reçoivent de larges subventions.

 

Nous n’en voulons que pour exemple, l’UPA (Union Patronale Artisanale) qui se veut proche des Chambres de métiers « 1ère entreprise de France » avait avec Madame Martine AUBRY, signé un accord sur les 35 heures. De plus cette même organisation a fait passer une loi pour le dialogue social, financé à hauteur de 0,15% prélevé sur vos entreprises, dont elle est la seule organisation patronale  à en partager le fruit aves les syndicats salariaux. Ce qui est plus grave, c’est qu’à présent les syndicats salariaux peuvent pénétrer dans votre entreprise sans rien en connaître.

 

En ce qui concerne le CIDUNATI, notre organisation est née e 1969 en réaction à l’instauration d’une cotisation maladie obligatoire excessive, couvrant des prestations plus qu’insuffisantes et dont les remboursements étaient dérisoires.

 

Très vite, le CID qui avait débuté la contestation fusionne avec une autre organisation l’UNATI et  l’ensemble de leurs revendications vont faire l’unanimité chez les patrons de PME chez qui la colère gronde. Ensuite la nouvelle entité CIDUNATI se transforme en un mouvement d’ampleur national au grand dam des organisations traditionnelles.

 

1970, le CIDUNATI intègre les conseils d’administration des caisses maladies régionales avec la ferme intention de faire évoluer le régime maladie des indépendants et leur offrir une couverture maladie décente.

 

Octobre 1970, le CIDUNATI participe à l’assemblée plénière des administrateurs élus aux conseils d’administration du régime maladie, il se heurte au front commun des organisations professionnelles et ne réussit pas à obtenir le remboursement du gros risque à 100%. Ce n’est que quelques jours plus tard que le Ministre de l’époque Robert BOULIN imposera cette prise en charge.

 

Par la suite, le CIDUNATI sera sur tous les fronts, pour la défense des retraites, pour protester contre l’inquisition et les contrôles fiscaux, contre les contrôles et les liquidations par les URSSAF, contre les mandarins qui détiennent les chambres de métiers, les chambres et les tribunaux de commerce, les prud’hommes, autrement dit tout ce qui rend la vie impossible au chefs d’entreprises indépendantes.

 

Aujourd’hui, le CIDUNATI apparait moins présent sur la scène syndicale et la cause en est, qu’étant encore le seul syndicat interprofessionnel contestataire, les pouvoirs publics font tout ce qu’ils peuvent pour nous museler, ce qui ne nous empêche pas d’être toujours présent dans toutes les instances désignées ci-dessus. Il est d’ailleurs important de préciser qu’aujourd’hui si nous continuons à contester et ce n’est pas pour le plaisir, mais uniquement pour nous opposer aux décisions qui sont prises en défaveurs des entreprises.

 

De ce fait, les pouvoirs publics aimeraient nous voir disparaitre, mais ce qui les gêne le plus, c’est que malgré que nous soyons la seule organisation qui ne touchons aucune subvention et qui ne vivons que des seules cotisations de nos adhérents, nous soyons toujours présents.

 

En ce qui concerne le gouvernement, pour régler le problème des contestataires, il envisage de supprimer les élections pour les organisations professionnelles patronales, d’abord pour les prud’hommes et probablement par la suit pour les autres instances. Pour remplacer ce processus démocratique, il serait procédé à une désignation de personnes sélectionnées au sein d’organisations non contestataires soit disant représentatives, telles que le MEDEF qui représente surtout les entreprises du CAC 40, la CGPME qui ne représente qu’elle-même et l’UPA….

 

Bien entendu toutes autres organisations seront ainsi écartées, ce qui est un véritable déni de démocratie, étant donné qu’une organisation comme le CIDUNATI est largement présent ou cela est nécessaire.

 

Pour en terminer, nous sommes actuellement confrontés à un grave problème concernant notre régime social maladie et retraite le RSI. Lors de sa mise en place, on nous a monté une véritable usine à gaz, on a regroupé les différentes caisses maladies et retraite des artisans, commerçants et industriels, ce qui était dans un but de simplification, une bonne chose, mais les pouvoirs publics ont voulu impérativement y incorporer les URSSAF qui interviennent sous l’appellation de RSI

 

Depuis, les dysfonctionnements se sont multipliés pour cause d’incompatibilité entre les systèmes informatiques RSI et URSSAF et les personnels. Malgré nos récriminations et nos demandes de donner son autonomie au RSI, les pouvoirs publics restent sourds à toutes nos requêtes.

 

A l’origine, les administrateurs élus dans les conseils d’administration avaient leur mot à dire en ce qui concernait le fonctionnement tant de nos caisses maladies que de nos caisses retraites et ils avaient largement démontré leur capacité à gérer leur régime. Aujourd’hui encore, ils subissent l’autoritarisme de l’état qui leur retire tout pouvoir de décision, pour laisser la main aux URSSAF dont nous connaissons tous le  pouvoir de destruction et les capacités de liquidation d’entreprises.

 

A présent, vous ne voulez plus être seuls, vous pouvez adhérer à un syndicat dont les dirigeants, militants et adhérents sont tout comme vous l’êtes, des travailleurs indépendants. Leur seul but est de défendre,  préserver et pérenniser ce qui reste aujourd’hui d’entreprises indépendantes, qui sont le véritable tissus économique de ce pays et qui peuvent si on ne les écrase pas d’impôts et charges, créer des emplois à condition également de leur en donner les moyens.

 

La Direction Nationale

__________________________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Uncategorized Pourquoi le CIDUNATI